3 clés pour développer son optimisme et pour passer à l’action

Auteur : Clémence Martin « The Positive Place« 

« Le funambule doit, cela va sans dire, réfléchir à un moment ou à un autre aux conséquences d’une chute. Mais pas pendant qu’il avance sur la corde raide. »

Cette citation de Martin E. P. Seligman, fondateur de la psychologie positive, tirée de son ouvrage « La Force de l’Optimisme » résonne particulièrement alors que nous vivons une période inédite.

Pour développer son optimisme, Il va falloir continuer d’avancer, malgré les incertitudes et malgré les contraintes.

Il existe aujourd’hui des centaines d’études qui démontrent que nos pensées positives améliorent notre performance : orienter son attention sur les éléments positifs augmente nos capacités à affronter et dépasser les difficultés, améliore notre créativité et approfondit nos liens sociaux : ces trois ingrédients sont absolument utiles et nécessaires pour sortir de l’inertie dans laquelle la sidération de la crise a pu nous plonger et pour passer à l’action.

Comment réussir à avoir un regard optimiste dans la situation ?

La posture optimiste n’est pas quelque chose qui nous vient naturellement. Notre cerveau est entraîné à voir ce qui dysfonctionne en priorité.

Ce que Martin Seligman a démontré, c’est que l’optimisme s’apprend. C’est un ensemble d’habitudes de pensées que l’on peut adopter dans les situations qui nous arrivent.

Il ne s’agit pas de prôner un optimisme naïf ou béat qui ne prendrait pas en compte la situation, mais bien un optimisme éclairé qui permet de passer à l’action.

L’optimisme est préférable en situation de crise, tout simplement parce que penser qu’il est possible que l’on s’en sorte, permet de mobiliser son énergie et de se mettre en action pour trouver des solutions.

1/ Temporaire vs permanent

Les personnes optimistes ont tendance à voir le caractère temporaire d’une situation défavorable alors que les personnes pessimistes voient cette même situation comme permanente. Pour développer son otimiptimisme, Il s’agit alors d’évaluer notre façon de voir la situation et d’identifier ce qui nous parait temporaire ou permanent. Quelle partie de cette situation est temporaire et sur laquelle nous allons pouvoir concentrer notre attention ?

2/ Local vs général 

Le développement de la pensée optimiste va circonscrire la difficulté à une dimension locale quand la pensée pessimiste voit plutôt la dimension générale (généralisée dans toutes les domaines).

Il s’agit d’identifier les choses qui ne sont pas impactées par la situation (même les plus simples et à petite échelle). Quels domaines ne sont pas impactés par la situation ? Identifions les appuis stables qui restent inchangés et équilibrés et sur lesquels nous allons pouvoir nous appuyer.

3/ Changeable vs inchangeable

Développer son optimisme consiste à porter son attention sur l’impact que nous pouvons avoir, sur ce sur quoi nous pouvons agir à notre échelle, sur ce qui est « changeable » dans la situation. Alors que le pessimisme se sentira impuissant et sera convaincue que la situation est inchangeable. La vision optimiste consiste à identifier les leviers sur lesquels nous pouvons agir.

En résumé, pour se (re)mettre en action et sortir de la sidération provoquée par la crise, il nous faut nous concentrer sur l’aspect de la situation qui est :

✔️ temporaire (plutôt que permanent)

✔️ Local (plutôt que général)

✔️ Changeable (plutôt qu’inchangeable)

Mettons-nous en ordre de marche et en action vers un avenir plus radieux, tant sur un niveau individuel que collectif J.

Leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.