Qu’est-ce que la téléconsultation?

La téléconsultation : la transformation incontournable d’un métier dans le monde du numérique. Une transformation qui met une pierre à l’édifice dans la lutte contre les déserts médicaux.

Qu’est-ce que la téléconsultation?

La téléconsultation est une mise en relation entre un praticien et son patient par l’intermédiaire des technologies de l’information et de la communication.

Cette technologie est une alternative aujourd’hui à la consultation physique en cabinet.

 La consultation à distance est une interface vidéo dans laquelle le praticien pourra communiquer avec son patient, échanger des documents (ordonnances, certificat médical…) via un espace sécurisé. 

Le praticien aura la possibilité de prendre des photos à distance d’une partie d’un membre grâce à une caméra déportée. 

Il est réglé au début de la téléconsultation par carte bancaire et tient un tableau de bord répertoriant l’ensemble de l’historique de ses téléconsultations.

C’est un véritable cabinet professionnel virtuel que l’on peut emmener partout dans le monde et surtout répondre à une clientèle hors de sa zone géographique ou expatriée.

La téléconsultation au service des déserts médicaux

La question des déserts médicaux est un débat omniprésent au cœur des dossiers politiques.

Selon la DREES (Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques), on compte en France 11 329 communes dans des zones répertoriées comme « déserts médicaux ». 

Cela fait une commune sur trois et représente 12% de la population française. Ce chiffre est en hausse constante.

61 jours est le délai d’attente moyen pour voir un spécialiste et il faut compter en moyenne 6 jours pour voir son médecin généraliste.

Du côté des services d’urgence, ils se détériorent et sont saturés. 

La gestion des patients qui ne peuvent avoir un rendez-vous avec leur médecin vient s’ajouter à cette détérioration. Le plus grave est que la mortalité des cas d’urgence grave est supérieure de 30% à la moyenne. 

C’est un scandale pour Christophe Prudhomme, porte-parole de l’association des médecins urgentistes de France (Amuf).

La téléconsultation vient pallier cette désertification en traitant les demandes de soins ne nécessitant pas d’auscultation physique : suivi de maladie chronique, renouvellement d’ordonnance etc…

Praticiens et patients voient leur emploi du temps optimisé et leurs trajets réduits grâce à la téléconsultation.

Il ne s’agit cependant pas de remplacer la consultation physique, la téléconsultation est avant tout un complément et une alternative pour un meilleur parcours de soins.

La téléconsultation en chiffres

En septembre 2018, le gouvernement a autorisé la téléconsultation avec une réglementation quasi-identique à la consultation physique, le patient pourra ainsi être remboursé s’il réserve une téléconsultation avec son médecin traitant.

La téléconsultation en Europe

Si la télémédecine est entrée depuis peu dans la réglementation française, d’autres pays européens l’ont adopté il y a déjà plusieurs années.

La Suède connaît une croissance de 80% de ce secteur entre 2012 et 2017. 

Ce chiffre est en croissance continu. 95% des prescriptions se fait désormais en ligne et libère un temps considérable aussi bien pour les patients que pour les médecins.

Le développement de la téléconsultation répond au vieillissement de la population qui possède de plus en plus un ordinateur, une tablette ou un smartphone.

Elle répond également à la pénurie de personnel médical qui a pour conséquence des délais d’attente trop longs.

En Angleterre ce sont 90 millions d’euros d’économisés entre 2012 et 2017 par l’assurance maladie grâce à la télémédecine. 

Pour exemple, les prises en charge de transports de patients est ainsi évitée quand le déplacement peut être remplacé par une consultation à distance.

Perspectives de la télémédecine en France

Depuis septembre 2018, date à laquelle la télémédecine a été votée, l’assurance maladie a enregistré 60 000 actes de téléconsultation, c’est un chiffre en-deçà de l’attente du gouvernement qui reste cependant très prometteur par une forte accélération des actes cet été.

Quasiment la moitié est concentrée sur l’Ile-de-France et plus de la moitié des actes est facturé à des personnes de moins de 40 ans.

Leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.